giorgino_poster01

Tout vient à point à qui sait attendre... Et dans mon cas, ça peut largement être très vrai... C'est donc après quelques années que je me suis enfin lancé dans le visionnage de mon dvd qui n'attendait plus que moi depuis des années... Oh, ce n'est même pas parce que Mylène Farmer est en ce moment sous les feux de la rampe avec le lancement de sa série de concert Timeless 2013 (surtout qu'il faut que j'évite à tout prix de connaître les détails, mais c'est déjà fichu pour certaines choses -à mon grand dam... Et il reste encore un mois avant que je ne puisse aller la voir !-) que j'ai eu envie de redécouvrir Giorgino  mais plus parce que... Parce que quoi au fait ? Non, parce que je l'avais vu en VOSTF il y a plusieurs années, dans une qualité un peu moyenne (mais quand on a que ça sous la main, on fait avec) et que j'en avais un souvenir assez... Disons le franchement, ça ne m'avait pas plus emballé que ça. Un peu longuet ce film de près de 3h à l'ambiance lourde, pesante, dérangeante. Pas la peine d'être devin pour comprendre le sort qui fut le sien au cinéma. Boutonnat n'a clairement pas fait du grand public. Et si on retrouve tout à fait l'atmosphère des clips du tandem Boutonnat/Farmer de l'époque (fin des années 80/début des années 90), si on retrouve la (vraiment superbe et envoûtante) musique de Boutonnat, il manquait tout de même les notes légères de la Farmer chantant par dessus le tout et donc rendant le tout visionable... Ben oui, Giorgino, c'est pas un clip (même si le son s'avère très présent). Et sans doute les fans de la Rousse ont désenchanté quand ils ont vu le maigre rôle qu'on lui avait réservé... Le héros s'avère bien être Jeff Dahlgren qui monopolise une bonne partie du film. Mais c'est une bonne surprise tant il incarne bien ce jeune homme blessé, à la recherche de la vérité sur ce qu'il est advenu des enfants de l'orphelinat qu'il quitta avant de partir à la guerre. Il a ce regard de chien battu si attendrissant. Et je ne sais pas... C'est peut-être le fait de savoir à quoi m'attendre, mais ce deuxième visionnage fut plus agréable. Certes, aussi parce que je l'ai vu en français (où l'on se rend compte que Mylène n'est pas celle qui rend plus naturel au doublage ! C'est mieux dans Arthur et les Minimoys !) et avec un son 5.1 (faut bien un peu rentabiliser le matériel, hein), mais j'ai sans doute pu mieux apprivoiser l'essence du film (visionné ce coup-ci d'une traite, contrairement à la première fois). Bon, faut tout de même que j'avoue que je ne le recommanderais pas à tout le monde et que je ne le visionnerais probablement jamais autant que Titanic mais l'expérience n'était pas inintéressante (à l'instar des bonus du coffret dvd plutôt agréables, puisque fait avec le recul des années et sans le discours commercial habituel qu'on nous sert trop souvent). Giorgino c'est un petit conte éprouvant...