Arabesque

C'est fou comme la mémoire peut nous jouer des tours ! Enfin, la mémoire ou peut-être plus la perception du temps et resituer les choses dans ce temps. En effet, alors que j'arrive enfin au bout du coffret de l'intégrale Arabesque (j'avais visionné les 5 premières saisons dans un premier temps et fallait bien que je m'y remette un jour, cette chère Jessica me manquait finalement ! Quitte à priviligier de vieilles séries sur des trucs que je n'ai pas encore vus), il y a des choses qui m'ont fait sourire. Jessica était plus dans son temps que je ne m'en souvenais. Elle aura mis du temps à mettre au placard sa vieille machine à écrire, mais finalement, elle sera passé à l'informatique, de manière plutôt crédible (en prenant des cours) et surtout... à internet ! Bon, je crois vaguement que chez nous, c'est le minitel qui a explosé à ce moment-là retardant l'arrivée de la chose, qui fait que j'ai sans doute une vision déformée... Mais du coup, c'est plutôt intéressant de voir ça a posteriori. On voit l'évolution qu'il y a eu mais toute une certaine technologie, qui paraît plus récente que ce qu'elle est, existait déjà (les téléphones portables... ou cellulaires comme dit à l'époque). Alors oui, ce n'était pas des écrans plats, pas plus que des téléphones plats... Mais n'empêche ! C'est une plongée inattendue dans le passé et la technologie que de se replonger dans les séries qui suivent leur époque. Quelque part, ça me fascine. C'est marrant de voir Jessica acheter le dernier Windows de l'époque, d'utiliser des disquettes pour sauvegarder ses romans (sur fond noir avec cette magnifique écriture verte !) ou encore de voir la police réaliser des portraits robots avec les logiciels de l'époque. Malgré tout ce qu'on pourrait avoir comme image, finalement, Jessica Fletcher était bien une femme de son époque !