Saison 7 - 001

Et si tu tombes 7 fois... Toujours se relever 8... Donc ma foi, si tu n'as pas aimé la saison 6... Regarder quand même la saison 7 ! Oui, parce que malgré le goût un peu amer de la saison 6, une tournure prise que je n'avais pas apprécié et un épisode final qui m'avait plutôt refroidi, j'ai une petite sympathie pour les frères Winchester de Supernatural. Enfin, surtout pour Dean pour tout vous dire (encore plus quand on voit comment Jensen Ackles se bonifie avec le temps). Alors c'est vrai que du coup, j'ai mis un peu de temps entre les deux saisons (un an et demi). Et pour ne pas laisser de suspense, non, cette saison ne m'aura pas totalement réconcilié avec la série. Alors certes, ce n'est pas celle qui m'aura laissé sur l'instant le plus mauvais souvenir (je crois que la saison 6 restera la gagnante), mais j'avoue qu'elle ne m'a pas follement enthousiasmé non plus, sauf sur quelques répliques, quelques moments... Et quelques visages connus, assez nombreux, qui viennent faire un petit tour (Charisma Carpenter, Felicia Day, James Marsters, Harry Groener, Jewel Staite -non, on n'a pas voulu attirer les fans de Whedon-, Jamie Luner, Nicholas Lea ou encore Jason Dohring) . Une consolation toutefois, celle de voir que Sera Gamble aura viré assez rapidement cette mauvaise idée qui bouclait la fin de saison dernière (enfin, même si Kripke l'avait peut-être prévu, en fait, j'en sais rien de ce qu'ils font dans leur salle d'écriture et les idées qu'ils pouvaient avoir en tête à ce moment-là !). Alors ok, c'est pour se taper une histoire de Léviathans pas des plus folichonne, mais vu qu'elle n'occupe pas une grande partie de la saison (et que Dick est plutôt à mon goût -un peu bizarrement peut-être !!-), ça passe. Non, je n'ai pas trouvé tellement bizarre cette lubie de la nourriture et le plan des grands méchants de la saison. Pas plus que je n'ai versé ma larme au moment crucial, mais chut. Il me semble malheureusement ne plus attendre grand-chose de la mythologie de la série, de son univers. Et encore une fois, à ce propos, la fin de saison ne m'enthousiasme toujours pas quant aux perspectives. Reste que si les épisodes m'ont paru moins insupportables que ceux de la saison 6 (dans l'ensemble, je n'ai pas peiné à les regarder, je n'ai pas scruté ma montre toutes les 5 minutes pour voir où j'en étais de mon visionnage), que les personnages ne sont pas irritants (même Sam -bien que le début fut peut-être un peu laborieux-), je n'ai pas d'épisode qui m'a non plus marqué pour autant. Ca se laisse suivre... mais plus par habitude, une nouvelle fois. Y'a à un moment où je me dis que je devrais peut-être revoir les premiers épisodes pour voir si c'est moi qui ai changé (et qui n'apprécierait donc peut-être plus les épisodes) ou bien si c'est vraiment la série et la direction prise qui fait que je suis plutôt modéré dès que je replonge dedans pour de nouvelles aventures. Cela étant dit, j'avoue tout de même que Dean qui conseille une nana lesbienne pour faire de la drague à un mec, c'était un moment assez culte ! Mais il en faudra plus pour faire renaître la passion...