20492155

Un flic peut en cacher un autre... Et parfois, il n'y a pas de mystère. Quand un acteur ne veut plus continuer, il faut bien trouver une solution. En l'occurence, dans Les Petits Meurtres d'Agatha Christie, que les deux héros princpaux ne rempilent pas, c'est loin d'être insurmontable vu le matériel d'origine et donc le caractère interchangeable des personnages. Et pourtant, c'est qu'on s'y était bien attaché à notre duo Lampion/Larosière. Leur succéder n'était donc pas une si mince affaire que cela. D'autant plus que Lampion était l'un des rares héros homo parmi les séries françaises actuelles. Le voir partir était donc une double peine. Mais alors, que valent donc nos deux nouveaux enquêteurs, notre nouveau duo, Alice Avril et Swan Laurence ? Déjà, on change un peu d'époque par rapport à la "saison" précédente (si tant est que l'on puisse appeler ça comme ça... disons peut-être partie alors), se rapprochant un peu plus de notre temps, mais plaçant encore la femme dans un statut particulier qui profite forcément à Alice qui se retrouve du coup hors-cadre, parce que hors du moule de l'époque, en avance sur son temps. Et c'est un personnage truculent auquel nous avons affaire. D'ailleurs, elle porte, pour moi, le duo et l'affection qu'on peut éprouver pour lui. Sans elle, je crois que Laurence n'aurait pas beaucoup de charme parce qu'on est toujours un peu dans la même dynamique connue et classique de caractères qui s'opposent. Et bien évidemment, si Alice s'émancipe, Swan est plutôt un peu machiste sur les bords, vieux garçon, pas aimable. A ce duo, s'ajoute aussi la secrétaire blonde (qui plane), mais pour cela tellement drôle et adorable... Marlène est un sacré cas. Alors oui, la transition est plutôt réussie dans l'ensemble... Même s'il faut bien aussi que j'avoue que je n'ai pas tout à fait retrouvé la même chose que du temps de Lampion et Larosière. La série est loin d'être devenue mauvaise, elle a juste perdu un petit je-ne-sais-quoi. Cela étant dit, on pourra remarquer un petit effort en incluant la mère de Swan qui a des moeurs loin d'être forcément à son goût, puisque celle-ci papillonne avec la gente féminine. L'homosexualité n'aura donc pas totalement disparue de la série... Et j'ai envie de dire, tant mieux. Une régénération relativement réussie pour la série française donc...