21056003_20131107191254065

N'est pas formidable qui veut... Et n'importe quelle famille. Et comme le titre était déjà pris, finalement, France 2 s'est tourné vers tout autre chose avec La Famille Katz qui réunit un joli casting : Catherine Jacob et Julie Depardieu en tête. Et malheureusement, je dois bien avouer que c'est quand même la grande majorité de la force de la série qui fait dans un certain classicisme dans l'absolu. Alors oui, il y a parfois quelques dialogues et situations qui font sourire, mais dans l'ensemble, pour ce type de récit sur les problèmes de relation entre personnes dans une famille, c'est pas non plus la grande folie ni du grand inédit. Pourtant, on pourrait le croire, un peu, avec la mort du patriarche en habit de Père-Noël dans les bras d'une prostituée ou encore cette histoire d'enfant entre une hétéro et un gay... Mais même ça, ça ne vient pas sauver l'originalité. A la rigueur, y'a bien la petite Yuki, une demi-soeur japonaise cachée, qui vient un peu apporter son vent de fraicheur, mais plus par sa culture qu'autre chose (on échappera pas aux clichés, mais bon, c'était marrant de la voir bastonner façon "manga" pour défendre son p'tit chéri). Il y a aussi, quand même, le fait que l'on suive ici une famille juive. Ce qui me paraît assez inédit pour de la fiction française et ça permet parfois de voir quelques pans culturels plus originaux vus sous notre prisme (et pas celui des réalisateurs et auteurs américains donc) comme l'enterrement ou le mariage. Pour le reste, je n'ai pas grand-chose à signaler, si ce n'est que Catherine Jacob est toujours aussi irrésistible, quelque soit son rôle (et c'est un rôle qui lui va bein) et que Julie Depardieu est une actrice que je découvre (enfin que je vois, je la connaissais avant, mais jamais vu quelque chose avec elle je crois) et que j'apprécie encore un peu plus donc (bon, je ne cracherai pas non plus sur la présence d'Arnaud Giovaninetti, eye-candy délicieux...). Mais même si même pas mal (aïe), peut mieux faire...