20471783

Il n'y a parfois pas besoin de parole pour s'exprimer... Et Broadchurch a su très bien le comprendre. Certes, du coup la série compense avec une musique ultra-présente mais qui envoûte (la bande-originale d'Olafur Arnalds est vraiment à conseiller) et vient soutenir l'atmosphère lancinante de la série où l'on retrouve en héros un David Tennant à mille lieu d'être aussi joyeux que dans Doctor Who. Il faut dire que l'intrigue ne prête pas vraiment à sourire. Soyons honnête, elle est de facture plutôt classique, touchant la corde sensible avec la mort d'un jeune garçon dans un petit village côtier anglais, mais c'est bien la façon de traiter la chose qui va rendre Broachurch un peu unique... En tout cas, la faisant sortir du lot. Elle nous cueille dès le départ en nous faisant suivre l'enquête dans les heures qui suivent la mort soit par le biais de la police, soit par le biais de la famille qui doit accuser le coup, soit par le biais des gens du village qui sont forcéments un peu suspects aussi, et plus particulièrement certains d'entre eux. Du coup, la série n'hésite pas à se montrer contemplative par moment, aimant bien les phases sans dialogue, s'attarder sur des visages ou des expressions, prenant aussi le temps de développer ses personnages pour qu'on puisse comprendre un peu ce qui se passe et ce qu'il s'est passé... Prenant aussi le temps de montrer comment l'on peut tenter de poursuivre sa route après ce coup du sort. C'est appuyé et démonstratif, mais terriblement addictif, dans le sens où l'on a envie de poursuivre la série à la fin de chaque épisode pour connaître la vérité mais aussi en découvrir un peu plus sur les personnages, parfois leurs secrets. Le format assez court de 8 épisodes permet de ne pas se perdre dans une intrigue labyrinthique et fait tout de même que l'on s'attache aux personnages... Même à Alec Hardy qui a pourtant le chic pour être antisocial au possible dans la manière dont il s'adresse aux gens. Dans une telle affaire, les médias sont obligatoirement présents et l'affaire de Broadchurch n'échappe pas à la règle. Un point de vue qu'il fallait montrer et qui s'inscrit das la veine de la série où rien n'est tout noir ou tout blanc... mais gris. Et honnêtement, je ne vois pas trop ce que va pouvoir faire une saison 2. Pour moi, il n'y avait rien de plus à dire. Tout avait été bien fait (avec un casting que les fans de Doctor Who devrait aussi pas mal reconnaître !). Pas plus que je ne vois d'un bon oeil le remake américain (quand bien même Tennant reprendra son rôle) dont je ne suis pas sûr qu'il puisse avoir cette touche émotionnelle/empathique qui se dégage à chaque instant de la série.