433755

Pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué ? C'est un peu ce que je ressens quand j'essaie de comprendre un peu mon ressenti envers une série comme Looking qui vient de débuter sur HBO ainsi que sur OCS en France (en j+1 pour la VOST légale). En effet, après tout, bon sang, elle devrait me parler cette série ! Mais c'est vrai que depuis son annonce, ses teasers, l'idée ne m'a jamais réellement enthousiasmée. Mais après tout, ce n'est pas nouveau et ce n'est pas non plus spécifique à Looking, puisque les deux dernières fois où j'ai tenté de relancer Queer As Folk (version US), je n'ai pas réussi à terminer le pilote (et donc aller plus loin). Et pourtant, j'avais bien accroché à mon premier visionnage. Mais c'était aussi une autre époque... Une époque où il n'y avait pas forcément tant de personnages homosexuels que ça dans les séries, une époque où s'ils y étaient ils étaient mal représentés ou pas franchement de manière idéale. Et c'était très bien qu'il y ait eu cette fiction homo-centrée pour aussi faire avancer les choses, remettre les pendules à l'heure, rétablir l'équilibre, offrir un portrait différent, moins aseptisés, plus varié... Maintenant, je me pose la question, à l'heure actuelle, y'en a-t-il encore besoin d'un tel show ? Alors oui, il fallait sans doute bien réactualiser ce portrait de gays, le dépoussiérer un peu. Et puis c'est sûr qu'en proposant plusieurs personnages ayant pour orientation sexuelle l'homosexualité, on va aussi pouvoir justement balayer un plus large spectre que ce qui peut être fait quand on n'a qu'un personnage LGBT dans une série (qui va souvent être un peu cliché). Non, mais là, je n'ai rien à dire. Mais j'avoue tout de même que ça me chagrine un peu ce repli sur soit. Alors OK, la série se veut (a priori) plus un portrait de génération qu'un portrait de l'homosexualité, avec simplement ce fait qu'ils sont gays et basta, ce n'est qu'un détail. Oui, mais pour moi ça veut dire beaucoup. Ce qui se dégage de ce premier épisode, c'est que tout le monde est homo... Ou presque. Un peu comme dans Queer as Folk, on bascule donc la minorité de l'autre côté. Mais ce n'est plus ce que j'attends. Une série-chorale avec des gays, des hétéros, des lesbiennes, des trans, pour dresser un portrait de génération, ça me paraît plus convaincant. Même si je suis pas sûr que j'aurai plus accroché si ça avait été le cas, parce que ce genre de série n'est pas forcément plus ma came que ça... Et que ce que Looking peut (ou pourra) réaliser, que ce que Queer as Folk a pu réaliser, je préférerais autant le voir au détour d'une série lambda dont le thème n'a effectivement vraiment rien à voir avec l'homosexualité mais qui la traiterait quand même, en étant uniquement qu'un vulgaire point de détail. Comme ce que Torchwood a pu faire (plus ou moins bien peut-être parfois). Ou si on veut se rapprocher un peu plus du côté drama, comme ce qu'a pu faire Brothers & Sisters qui a aussi su me contenter dans mes attentes. Voilà ce vers quoi tendent mes envies pas forcément évidentes. D'où le fait que ce Looking, oui, bon ben... Ca m'a fait un peu ni chaud ni froid ce premier épisode (et pourtant, dieu sait que je pourrais éventuellement me retrouver en partie dans le personnage de Patrick).