20158098

Il n'y a que les imbéciles qui ne changent pas d'avis... Et ça tombe bien, j'ai toujours cru que je n'en étais pas entièrement un... Ca passe à rien du tout, mais quand même. Et de fait, je pense que mon revisionnage de la trilogie Dark Knight par Christopher Nolan vient un peu me conforter dans cette idée. Alors oui, clairement, je suis beaucoup moins fan de l'ambiance qui se dégade de ces films là que de ceux de Burton ou que de la série animée des années 90. Ces deux lectures-ci resteront sans doute mes références de l'univers du Chevalier Noir tel que je le conçois, tel que j'aime le voir... Pour sans doute plein de raisons, dont sûrement celles qui fait que ce sont les deux oeuvres les plus marquantes que j'ai pu voir étant jeune et que l'âge auquel on découvre un univers sans cesse renouvelé comme celui-ci a forcément son importance. Et très honnêtement, quand j'ai été voir les films de Nolan, je n'ai pu m'empêcher d'être déçu de ne pas retrouver le folklore visuel gothique que j'appréciais tant chez Burton par exemple. Pas même un petit côté néo-rétro à se mettre sous la dent. Non, tout chez Nolan est entièrement réaliste, crédible, lumineux (hormis les personnages en eux-mêmes). Bon, visiblement, passé cette première déception, une fois sachant à quoi m'attendre, et en enchaînant avec le visionnage d'un film par jour, je dois bien avouer que c'est quand même du grand art. Parce que les personnages y sont effectivement décris avec une grande justesse et beaucoup de profondeur, que ce soit du côté du héros torturé, de son double à la ville ou des "méchants" qui croisent sa route. Mais aussi parce que cette trilogie forme une véritable trilogie. On sent qu'il y a un véritable cheminement dans la narration, qu'on a voulu dès le départ nous emmener vers un point final et que tout est fait pour cela. Et cette construction que je n'ai sans doute pas perçue en voyant les films au ciné avec deux, trois ans d'intervalle, c'est vraiment l'un des points forts de ces réalisations de Nolan. Là où finalement il ne s'agit que d'aligner différents opus ailleurs (avec le méchant du jour, l'élément du comics à reprendre et tutti-quanti... Un cachier des charges bien défini et attendu quoi). Les films des années 90 de Batman justement (ceux de Burton et de Schumacher donc) ou plus récemment, puisque je viens aussi de les revoir, les Iron Man. Deux approches bien différentes pour ces adaptations de comics. Là où Nolan fait certes du grand spectacle mais avec beaucoup de sens, Shane Blake et Jon Favreau font surtout du pop-corn movie efficace (et j'avoue avoir totalement apprécié, sans me poser de question) mais un peu dénué de profondeur (quand bien même ressort le thème de l'armement, de la guerre et les "tortures morales" de son héros, Tony Stark ne peut rivaliser face à Bruce Wayne... Encore moins face à celui de Nolan) et surtout en avançant un peu au fur et à mesure, au coup par coup, au niveau du scénario. Rien ne semble vraiment bien prédéfinit, hormis le rattachement à l'univers Avengers pour lancer les différents films de la franchise. C'est une question de choix et je respecte les deux en tant que spectateur... Mais tout de même, The Dark Knight m'aura agréablement surprie. Et je me suis aussi surpris à apprécié les musiques de Hans Zimmer et James Newton Howard... J'avais pas le souvenir que ça m'avait marqué. Mais sans doute aussi parce que j'ai pu apprécié les différents thèmes qui reviennent au fil des épisodes. Alors non, j'avoue que je n'aimerai jamais la "Batmobile" de Nolan, ni son Gotham City, encore moins sa Catwoman... Je trouve qu'il y a des longueurs dans les deux derniers opus, mais néanmoins, ça fait clairement partie du haut du panier des films de superhéros... Et j'apprécie le fait d'apprécier finalement deux visions différentes d'un même univers et de ne pas être toujours totalement obtu... Ca prend parfois du temps, mais j'y arrive.