Le-Visiteur-du-Futur---Neo-Versailles--Saison-4---Team-VDF

Il y a des histoires qui appellent des suites... Parfois, ces suites se font un peu attendre. C'est le cas pour mon histoire avec Le Visiteur du Futur comme j'ai déjà pu le dire quand j'ai parlé de la 1ère saison et de mon visionnage tardif de son intégralité après la découverte des premiers épisodes. C'est heureusement un peu moins le cas avec les autres saisons... Même si ça aurait pu prendre encore un peu plus de temps que ça. Mais qu'est-ce qui a donc pu bien précipiter les choses ? En effet, si j'avais trouvé un potentiel à la série de François Descraques, je n'étais peut-être pas encore totalement convaincu. Du coup, je trainais un peu les pieds, en voulant découvrir la suite, en voulant les coffrets dvd mais en achetant autre chose prioritairement... Jusqu'à l'annonce de la diffusion de l'intégralité de la saison 4 au ciné près de chez moi, avec le créateur et réalisateur. De vous à moi, c'eut été bête de se priver de cette chance pas si courante, non ? Alors voilà, je me suis relancé dans l'aventure. Et j'ai envie de dire, grand bien m'en a pris en fait. Non pas que je doutais... Mais un peu quand même. Et finalement, la web-série possède les mêmes atouts que la Flander's Company avec un développement très intéressant de son univers, ses personnages et ses histoires. On sent que la série veut toujours faire mieux, aller plus loin et surprendre. Ca se sent au visionnage ainsi qu'au discours du créateur. Et voilà, la série possède vraiment des grands moments, des moments bluffants, jouant finalement assez subtilement de son registre principal qu'est la comédie (teinté d'une touche de science-fiction) pour être parfois plus sérieuse, plus dramatique... Dans tous les cas, plus consistante.

Le-Visiteur-du-Futur---Neo-Versailles--Saison-4---copie-1

Et ce qui est intéressant de voir pratiquement tout d'une traite, de manière très rapprochée, c'est justement cette évolution que l'on peut constater, cette construction par saison plutôt aboutie dans l'ensemble et la cohérence du tout. Ce soir, François Descraques a évoqué après la projection Buffy et Angel notamment, ce qui est encore un peu plus venu confirmer le fait qu'il pouvait très bien être considéré comme un Joss Whedon à la française. Que ce soit dans la façon de s'exprimer ou de construire sa série, en offrant au public ce qu'il n'attend pas mais ce dont il a besoin, sans vouloir se reposer sur ses acquis et des gimmicks qui pourraient devenir usants. Il y a à chaque fois juste cette petite touche de rappel qui vient faire plaisir au fan mais sans jamais que ce soit fait uniquement pour ça et sans que ce soit utilisé en surabondance. Ca fait totalement du bien. Comme l'évolution des personnages (qui prennent vraiment tous de l'épaisseur, que ce soit les héros principaux ou les méchants) et les révélations qui sont faites au fur et à mesure que l'on avance dans les saisons. La série s'assombrit parfois mais ne se départ jamais de son ton... Et puis les musiques de Jimmy Tilier viennent compléter un tableau des plus agréables. Il faut dire que Le Visiteur du Futur ose aussi quelques jolies scènes d'action relativement rares en France et elles sont tout à fait crédibles et le rendu loin d'être ridicule. On pourrait aussi avoir peur de ces nouvelles têtes qui s'incrustent au fur et à mesure... Mais chacune d'entre elles savent se faire aimer (ou se faire aimer "détester"), tout comme les différentes ambiances et univers qui changent au fil de l'évolution de l'histoire. Et je dois dire que j'ai été plutôt séduit par le visuel néo-rétro de la saison 4 (et pas seulement parce que la Reine possède le Bâton de Lune de Sailor Moon !). Bref, oui, les saisons 2 à 4 de la série m'ont de plus en plus charmé... Je ne regrette pas avoir succombé aux sirènes de la diffusion ciné et au fait de devoir rattraper de manière impromptue la série... Alors certes, il aura fait très chaud dans la salle (remplie à bloc, très réactive à de nombreuses reprises, dont notamment pendant le final encore une fois très réussi), mais ça valait le coup. Encore plus quand François Descraques est au téléphone derrière vous pendant un quart d'heure (le temps d'attendre le début de la projection !) -c'est à ce moment-là que vous avez envie d'avoir un oeil derrière la tête, comme Cordélia dans un épisode de Angel justement- et que l'échange avec le public fut plutôt intéressant dans l'ensemble (des questions sur le futur de la série, sur les personnages, les acteurs, les épisodes... un assez bon balayage finalement), combinant d'ailleurs aussi humour et sérieux... Voilà ce qu'il s'est passé...