S5E10_00005

Les yeux sont le reflet de l'âme... Alors n'est-il pas normal que l'on soit touché par ce que l'on peut voir, regarder... Et donc les séries ? Jérôme de LibertéSérie (j'aurai pu reprendre une célèbre chanson avec un Max et l'adapter à Jérôme, parce qu'il est libre Jérôme, il est libre... de ses opinions et de ses goûts !) m'a donc mis dans un embarras assez évident, sachant qu'une série ne procure jamais qu'une seule émotion (ou sinon, c'est que je ne la considère pas) et que donc rattacher plus particulièrement une série à une émotion va juste être un calvaire... Je vais cependant tenter de relever le challenge...

01 - La Peur - The X-Files : d'ailleurs, la peur... Peut-être n'est-ce pas le mot juste. Mais je me souviens en tout cas de ce sentiment que j'aimais éprouver quand je regardais la série de Chris Carter à l'époque. Je ne sais plus très bien comment je m'y suis mis, à quelle saison, quel épisode j'ai commencé mais peu importe... Un épisode comme le 4x02 "La Meute" m'aura traumatisé à vie... Et je crois que j'éprouve toujours ce sentiment qui me met mal à l'aise dès que je le regarde. X-Files, c'est la série qui m'aura donné le goût à aimer me faire un peu peur (toute proportion gardée, je reste un trouillard) avec les films ou les séries.

02 - Le Chagrin - Buffy Contre les Vampires : La série précédente n'est pas pour rien dans le fait que j'ai aussi pu apprécier Buffy quelque part. Je peux associer la création de Joss Whedon à plein de choses. Je crois cependant que si je n'en devais retenir qu'une unique émotion, ce serait donc le chagrin. La série m'en aura fait couler des larmes d'émotion... Le plus souvent de tristesse (sans vouloir spoiler personne). Elle m'en fera encore couler d'autres à chaque fois que je la reverrais. Parce que c'est comme ça, il y a de la magie dans cette série, il y a cette touche indéfinissable qui fait que l'on est en empathie avec les personnages et ce qu'il peut se passer. Whedon sait comment raconter des histoires et toucher droit au coeur.

03 - La Surprise - Teen Wolf : J'avoue que je n'y croyais pas vraiment quand je m'y suis mis. Mais voilà, force est de constater que la série a su m'emporter dans son univers, ses histoires et qu'elle s'avère meilleure au fur et à mesure que l'on avance. Je pense que si je l'avais découverte avec le même passé et au même âge que Buffy par exemple, aurait pu être mon BUffy (pour l'instant, avec moins de force émotionnelle, mais je ne suis plus le même non plus... Et le passé, ça compte). En tout cas, c'est toujours un plaisir que de retrouver la série et ses persos (et son côté gay-friendly).

04 - L'Affection - Brothers & Sisters : Je suis un mec chiant. En tant que tel, je suis rarement content concernant certaines choses. Et les personnages gays dans les séries, ça reste un de mes grands sujets d'appréciation. Trop souvent, ils ne sont encore que développés dans le cadre de fictions dramatiques et rien d'autre (si, on a un Torchwood qui a un héros "omnisexuel" de temps en temps quand même). Mais Brothers & Sisters a tout de même su faire chavirer mon coeur. Comment ne pas craquer face à Scotty et Kevin, très franchement ? Et même face à toute la famille Walker, même avec leurs mauvais côtés ? Ou comment faire aimer la famille...

05 - La Douleur - Nip/Tuck : C'était mon côté masochiste de l'époque... Une fois commencé une série, j'allais au bout, je la terminais... Même si c'était devenu de la souffrance. Et pour celle-ci, c'était vraiment devenu le cas. Je me rappelle toujours de ça quand je lis parfois certaines réactions de personnes qui n'ont jamais l'air d'apprécier le programme qu'elles regardent pour me dire que c'est peut-être juste aussi du masochisme de leur part, et que si j'ai pu être jusqu'auboutiste comme ça, d'autres peuvent l'être. Mais j'ai passé l'âge et j'avoue que j'écourte maintenant un visionnage sans pitié... Même sans aller au bout de la première saison. Comme quoi, on apprend vraiment des erreurs de son passé.

06 - La Nostalgie - Cat's Eyes : J'aurai pu en choisir plein de séries animées pour ce sentiment. Mais finalement, l'adaptation du manga de Tsukasa Hôjo me semble assez représentative. Elle date des années 80 et de mes souvenirs que je peux avoir de mes visionnages de l'époque qui me renvoient à la nostalgie, la mélancolie parfois. Pourtant, ce n'est guère ce qui se dégage de l'oeuvre qui a su vieillir avec classe et qui s'avère toujours regardable à l'heure actuelle. D'autant plus que la VF était très bonne, adulte.

07 - La Fierté - Flander's Company : Ce n'est pas de la fierté par rapport à moi, mais par rapport au fait que d'une part je peux aimer autre chose que des séries américaines (voire anglaises) et que d'autre part, certaines personnes ont prouvé qu'on pouvait faire beaucoup avec peu de moyens. Quand on tient de bonnes choses, il n'y a pas forcément besoin d'un budget pharaonique, les idées, les dialogues, la scénarisation, tout ça peut concourrir au fait d'en faire une oeuvre "exceptionnelle". Et cette web-série fat partie de cette mouvance.

Je passe mon tour pour la désignation d'autres personnes... Tout le monde a sans doute plus ou moins fait le tour (et je ne veux pas les placer dans la même situation que moi ! :P)... Mais si ça vous dit d'y participer, je vous laisse votre chance !