798394CassandreALVALM-2

Rien ne sert de courrir... Il faut partir à point. En regardant le parcours du duo masculin Cassandre, on peut sans doute se dire que Pier et Flo ont bien compris cette expression. Après un premier album digital auto-produit en 2008, il aura donc fallu attendre 6 années avant qu'un premier album physique voit le jour, grâce notamment au concours des internautes qui ont contribué à le produire grâce à, la maintenant célèbre, plateforme My Major Company. Mais comme ils l'ont souvent répété dans les différentes interviews qu'ils ont pu donner pour promouvoir l'album, finalement, ce parcours leur a permis d'arriver à ce résultat, à réunir l'objectif visé en seulement quelques jours. Grâce à un passage télé dans X-Factor, grâce à des show-cases sur Paris... Bref, une véritable odyssée. Et si j'utilise ce terme ce n'est pas innocent. Ok, c'est parce que le groupe lui-même l'utilise (référence à "Ô Mon Amour" qui évoque Ulysse), mais aussi parce qu'il colle parfaitement à l'univers qui se dégage de leurs chansons. De la première à la dernière note, on voyage avec Pier et Flo dans un monde bien à eux, marqué, un peu intemporel, mélangeant mythes (référence à la mythologie avec le nom du groupe déjà) et escapades imaginaires. Il y a une réelle touche Cassandre, une touche comme on n'en trouve plus vraiment aujourd'hui finalement (des styles reconnaissables, certainements, des univers, beaucoup moins). C'est vrai que six ans, c'est long... C'est vrai aussi qu'entre le moment où ils ont atteint les 100 000 euros sur My Major Company et le moment de la sortie de l'album il s'est écoulé plus d'un an. C'est vrai aussi que l'on peut trouver parfois un peu bizarre la façon de dérouler le tout (avec le choix de reprendre "Ma Révolution" que leur public connaissait déjà, parce que déjà clipé dans une autre version, un long moment entre la sortie digitale single puis EP de la même chanson et finalement l'album), cela étant dit, pour moi, avoir un album de Cassandre entre les mains, c'était une chose que j'attendais tellement depuis que je les avais découvert, que peu importe tout ça.

Visuel_1_WEB-2

Même s'il y avait forcément appréhension du résultat final. Mais pour me consoler, pour me rassurer, jusqu'à maintenant, j'ai toujours bien aimé les chansons du groupe. Parfois plus que d'autres, mais je ne me suis jamais dit que je détestais une de leurs chansons. Et les démos proposées sur My Major Company pour inciter le public à les produire étaient prometteuses... Déjà porteuses de l'évolution qu'il y a pu y avoir entre Il Etait une Histoire et cet album éponyme. Plus de moyens et un mixeur professionnel obligent... Si le son se fait beaucoup plus électro qu'avant (et peut donc surprendre ceux qui en sont restés à leur album digital), l'esprit Cassandre reste. Si je devais évoquer quelques petits points négatifs, j'aurai envie de parler du livret. La couverture, je ne suis personnellement pas plus fan que ça. La photo est belle mais on se demande un peu ce que viennent faire ces formes géométriques dessus (si ce n'est pour combler un vide mais le rendu n'est pas très convaincant... Le nom du groupe peut-être trop en retrait et à la police de caractère peut-être aussi trop banale, qui ne se fond pas dans le reste de l'univers Cassandre justement). L'autre problème provient des photos qui illustrent le livret, contenant les paroles. Alors honnêtement, les photos sont encore très réussies dans l'ensemble, c'est juste qu'elles ont des ambiances très tranchées et que ça donne quelque chose de trop hétérogène pour être entièrement satisfaisant (la faute au fait d'avoir laissé les producteurs choisir les photos ?). Celles qui sont prises en pleine nature collent très bien à l'univers global de l'album, il aurait peut-être fallu s'en tenir uniquement à une série et pas mélanger les différents styles de cette façon... Mais ça, c'est parce que qui aime bien, châtie bien... Et comme j'ai beaucoup le reste, fallait bien que je me montre un chouia pointilleux. Quant au reste ma foi, c'est juste du pur bonheur. Alors, il est vrai que personnellement, je connaissais quasiment tout l'album avant qu'il ne paraisse (les démos sur le site, des chansons déjà interprétées en show-case il y a quelques années -"Je Jette à la Mer", "En Eaux Troubles"...- ou encore déjà clipées dans une version différentes comme "Atteins le Bonheur" et "Ma Révolution", les démos -"Eden", "Non Mais je Rêve"- ou encore figurant sur Il Etait Une Histoire -"Liberté" et "Et Sonnera l'Heure"), mais peu importe. Avoir cet album physique entre les mains (qui plus est, dédicacé et avec mon pseudo à l'intérieur -si, si, derrière le disque, en tout petit, avec le nom de tous les contributeurs/producteurs !-), c'était une concrétisation pour tout le monde. C'était aussi graver pour de bons ces chansons qui n'avaient aucun réel support jusqu'à maintenant. Et puis, c'était aussi une redécouverte. A ce titre, si le lifting de "Atteins le Bonheur" n'était pas nécessaire pour moi, j'ai écouté d'une nouvelle oreille "Je Jette à la Mer" et "En Eaux Troubles" qui ne figuraient pas parmi mes titres favoris. Mais mes véritables coups de coeur, ce sont "Eden", "Non Mais je Rêve" et "Nos Coeurs Libres" qui sont de véritables petites bombes (les deux premières pour le côté punchy du groupe, la dernière pour le côté plus... slow on va dire). On ne peut que souhaiter au groupe que ce ne soit que le début d'une odyssée bien plus longue, de nouvelles rencontres avec le public (ça commencera déjà avec la 1ère partie de la chanteuse Ysa Ferrer le 10 janvier prochain à la Cigale à Paris) et de nouvelles chansons... Parce qu'à leurs notes nos coeurs vibrent...

(Cassandre sur Naka no Montages...)