521289

A vot'bon coeur m'sieur, dame... A vot' mystère… C’est un peu le maître mot de ce début de saison. En effet, on avait déjà pu en avoir un aperçu avec le dernier épisode de la saison précédente qui nous montrait quelques extraits de ces nouveaux épisodes et Sailor Moon S ne met pas tout de suite les pieds dans le plat. Le changement de générique n’intervient pas tout de suite (notamment pour celui de fin) et celui de début met un ou deux épisodes avant de prendre sa forme « définitive »… En fait, on attend que les nouvelles guerrières se soient officiellement présentées. Ok, on sait très bien qu’il n’y a jamais de grand mystère dans la série… On sait très bien qui est qui dès le départ, on a très bien vu qu’il s’agissait de Sailors pour les deux silhouettes qui interviennent dans l’ombre mais bon… De toute manière, c’est pas vraiment là que réside l’intérêt, encore une fois. Non, pour cette troisième saison, l’intérêt réside plutôt dans le fait de confronter deux points de vue dans la lutte contre les ennemis. Pour la première fois depuis le début de la série, les ennemis sont donc plutôt en retraits et n’ont pas de réels développements. Ils sont moins touchants… Mais pour le coup, ils sont infiniment plus drôles ! Pas tant Carole qui reste assez sérieuse dans l’approche de son travail et qui obéit aux ordres (c’est peut-être elle qui possède aussi cette petite touche d’humanisation qu’on pouvait retrouver chez les autres ennemis, mais ce n’est pas immédiat), mais dès qu’Eugénia et Babette apparaissent, c’est un festival ! Ainsi il est toujours très marrant de voir d’où va débarquer la voiture d’Eugénia quand elle part à la chasse aux cœurs purs (et croyez-moi, ce sont des endroits plus qu’improbables) tandis que Babette et ses dilemmes vis-à-vis des stars ne sont pas en reste… Les monstres du jour sont à l’avenant et ça, c’est aussi formidable (l’une est contente que son arme se trouve encore sous garantie tandis que l’autre n’est pas franchement ravie de voir qu’il y a autant de monde dont il faut s’occuper et le fait remarquer). Par la suite, on redevient plus sérieux… Mais c’est aussi parce qu’on arrive dans la dernière ligne droite. Il est d’ailleurs intéressant de noter que la série change encore un peu sa formule en expédiant ainsi quelques personnages en un épisode… Se trouvant alors plus proche de ce que peut proposer le manga (les Eugénia, Carole, Néflyte et autres y faisant office de « monstre du jour » ou du « chapitre » en l’occurrence).

520675

Et si on se concentre donc peut-être moins sur ces ennemis, c’est sans doute aussi parce que c’est quelqu’un d’autre qui va prendre un peu plus d’importance et sur qui va reposer une partie de l’intrigue de la saison. Ce personnage, c’est Olivia. Attention, partie légèrement spoilerisante… ******SPOILERS****** Une fille qui va se lier d’amitié avec… Camille qui est de retour. Une fille à la santé fragile mais cachant un grand pouvoir et dont se méfie les guerrières Uranus et Neptune. La série s’attache alors à nouveau à ne pas trop verser dans le manichéisme et développe le personnage de manière touchante en en faisant notamment quelqu’un qui ne contrôle pas forcément son destin et qui ne semble pas foncièrement mauvais. Ca reste une des grandes réussites de cette saison, même si l’on pourra regretter le fait que le cas Sailor Saturne (au design formidable) soit si vite expédié.******FIN SPOILERS****** L’autre partie de la saison réside aussi sur la confrontation entre Sailor Neptune/Sailor Uranus et Sailor Moon et ses amies. Comme je le disais précédemment, la série met en avant deux points de vue différents pour appréhender la nouvelle menace. Ainsi, Uranus et Neptune se montrent prêtes à tout pour atteindre leur but, trouver le Graal et récupérer les talismans, quitte à se salir les mains, à avoir la mort de personnes sur leur conscience tandis que Sailor Moon se montre plus idéaliste et pense qu’on peut réussir à sauver le monde sans faire de sacrifice. Il y a confrontation, échange et chaque groupe apprend à se connaître, ce qui rend les choses aussi plus intéressantes, voire un peu plus matures (à l’instar des nouveaux personnages et des filles qui grandissent). Tout cela atteint son paroxysme dans le fameux épisode 110 Destin qui remporta l’Anime Grand Prix au Japon à l’époque… Et c’est amplement mérité tant il est réussi. A la fois graphiquement, dans sa mise en scène (les doigts entrelacés de Frédérique et Mylène, la scène à l’aquarium, les batailles d’Uranus et Neptune), dans sa musique (à nouveau il faut citer la scène des doigts entrelacés de Frédérique et Mylène) et son contenu. Par la suite, ces personnages s’effacent un peu et c’est sans doute un peu regrettable (même si c’est pour faire place à une autre partie, dont on parlé précédemment).

459461

Frédérique et Mylène apportent d’ailleurs un autre thème avec elles… Celui de l’homosexualité. Et de mémoire, Sailor Moon est quand même l’une des rares séries grand public à l’aborder (notamment  à l’époque… et peut-être même encore maintenant). Certes, c’est fait de manière soft mais ça a le mérite d’exister… Même dans notre fabuleuse VF… Ok, c’est un peu brouillé par le fait d’avoir choisi de doubler Frédérique par un homme quand elle est en civile et certains dialogues ont été bien évidemment édulcorés mais on arrive à le percevoir. Dans la VO c’est un peu plus franc et les filles se posent ainsi un peu plus de questions vis-à-vis de leur ressenti, notamment par rapport à Frédérique mais aussi par rapport à la relation qu’elle peut entretenir avec Mylène. Un couple qui saura en tout cas séduire, c’est à ne pas en douter. Tant qu’on est sur la VO/VF, cette saison s’avère moins dépouillée que la précédente, puisque les chansons se sont faites rares. Dans l’une des scènes, ça se remarque d’ailleurs à peine (c’était le retour de la chanson Ai no Senshi) tandis que dans l’autre, le choix a été fait de remplacer la chanson originelle par un instrumental du générique de fin de la saison précédente (Otome no Policy), ce qui n’allait pas si mal que ça. Dans l’ensemble, la saison ne s’en sort pas trop mal (en première diffusion sur TF1 s’entend) même si on a eu le droit à quelques coups de ciseaux ici ou là pour du gain de temps dans la plupart des cas (des morceaux d’intrigues qui disparaissent sans crier gare) ou pour cause d’incrustation de texte japonais à l’écran (la saison en raffole) et surtout, à nouveau deux épisodes non-diffusés (les 106 Le Lien Fatal qui nous révélait pourtant le passé d’Uranus et Neptune et 108 Entrez dans la Danse) et de grandes censures dans les derniers épisodes mettant en scène l’affrontement entre les ennemis et les Sailors (notamment l’épisode 124 La Grande Prêtresse qui a été bien charcuté rendant parfois les choses plus ou moins compréhensibles, comme l’enlèvement de Sailor Moon). Enfin, puisqu’on en est à parler de ces derniers épisodes, ils pourront un poil décevoir. Parce qu’il n’y a pas de grande bataille (si ce n’est « intérieure ») même si le tout est fort joli graphiquement et qu’une certaine émotion s’en dégagera (les dernières images de l’épisode 125 Le Sauveur sont somptueuses) et que la série se termine sur deux épisodes un peu plus anecdotiques… Un choix… Pas forcément des plus judicieux.

Sailor Moon S fait assurément partie du haut du panier de la série… C’est même sans doute la meilleure saison… Les nouveaux personnages que sont Uranus et Neptune n’y est pas étranger tant elles apportent de choses (en plus de jolis morceaux au violon et de bonnes musiques d’attaques et de transformations !) tout comme la présence d’Olivia ou encore les délires autour des ennemis (que ce soit notre professeur fou ou ses subalternes). Encore une fois, la série sait varier les plats, les situations et offre émotion et moments de rires. A noter que les filles se trouvent beaucoup moins au collège cette année même si les études sont toujours en ligne de mire quelque part parce qu’elles ne cessent de réviser (enfin, quand elles ne sont pas interrompues par les batailles) pour préparer leurs examens de fin d’année (bien qu’au final, elles ne passeront qu’au lycée que dans la 5ème et dernière saison) et que les personnages secondaires comme la mère de Bunny ou même Marc et Nanou apparaissent peu. On pourra surtout regretter une fin de saison qui fait un peu plus la part aux sentiments plus qu’à la bataille (même si les combats n’ont jamais été le fonds de commerce de la série) et surtout, en sous-exploitant le personnage de Saturne qui avait un immense potentiel… Mais bon, rien de bien méchant non plus… Et puis, qui sait ce qui nous attend pour la saison prochaine, n’est-ce pas ? :D