sailormoon-crystal-anime-bluray-dvd-cover

Certains disaient que c'était la même chanson... Pour nous, on va dire que c'est la même histoire. Maintenant que le premier arc de Sailor Moon Crystal vient de se refermer, il est temps de faire un deuxième petit bilan du reboot de l'oeuvre la plus culte de la mangaka Naoko Takeuchi. Pour les retardataires, les personnes qui auraient vécu sur la Lune pendant quelque temps ou ceux qui n'étaient pas nés à l'époque, Sailor Moon avait déjà donc fait l'objet d'une adaptation animée dans les années 90. Une adaptation prenant de très nombreuses libertées avec le manga d'origine dont l'histoire avançait beaucoup plus vite. Mais je pense qu'avant toute chose, il faut justement laisser tomber cette comparaison avec l'ancien animé, la série "classique". Si comparaison il devait y avoir, elle serait plus à faire avec le manga. Comme les fans sont avant tout des êtres humains, attachés à certains sentiments, c'est pas forcément chose évidente que de ne pas tomber dans le piège ce qui entraine des commentaires assez négatifs sur la nouvelle oeuvre. Tous ne sont pas forcément usurpés mais j'ai quand même envie de hurler devant un grand nombred d'autres. Les gars, faites le deuil de l'ancienne série, c'est une nouvelle adaptation, de nouveaux graphismes et arrêtez de dire que c'était plus beau dans l'ancien animé... Il y a eu de sacrés ratés et de jolis épisodes massacrés au niveau du graphisme (on parle notamment des deux derniers épisodes de Sailor Moon S ou bien... ?). Alors oui, ne nous mentons pas, il y a quelques plans bien foireux dans Sailor Moon Crystal, des petits fails et une certaine inégalité au niveau du graphisme au sein même d'un épisode (au moins, quand c'était moche dans la série des années 90, c'était tout l'épisode, cest sûr). De même, il faut bien admettre aussi que du côté de l'animation, ce n'est pas ultra-fluide. Le problème, c'est que Sailor Moon Crystal adapte peut-être un peu trop littéralement les cases du manga d'origine et qu'il y a assez peu de transitions entre, ce qui fait que tout ne se déroule pas super naturellement et qui donne aussi, à mon avis, cette impression de série mal animée (certes, on a connu série moins statique et y'a vraiment des fois où je ne peux rien dire pour tenter de sauver la série -comme dans l'épisode où le bâton de Lune grandit et tournoie...-). C'est dommage et ça gâche un peu le plaisir parfois et ça focalise (et cristalise -si j'ose dire-) surtout l'avis de ceux qui veulent s'en donner à coeur joie pour taper sur une série qui n'en mérite pas tant. La faute de tout ça, peut-être aussi, au fait que Sailor Moon Crystal est une web-série, une expérience de la Toei qui diffuse une oeuvre pour la (plus ou moins) première fois via ce système. Donc peut-être un budget plus limité que si la série avait été diffusée dans un cadre plus traditionnel (mais ce sera bientôt chose faite, elle arrive bientôt à la télé japonaise... ainsi que française !!). La contrepartie, c'est qu'elle est accessible légalement à plusieurs pays le jour même, puisque les Japonais ont eu cette bonne idée que de proposer des versions sous-titrées en plusieurs langues le jour même de la sortie de l'épisode, et notamment des sous-titres français. L'épisode est visible gratuitement -et légalement- pendant 15 jours environ puis remplacé par le suivant (en sachant qu'au final, la série n'est diffusée que les 1er et 3ème samedi du mois... Si il y en a 5 dans un mois, ça rallonge le délai d'attente !!). Voilà un peu pour le contexte...

Screen-Shot-2014-09-06-at-10

Et maintenant, concernant la série en elle-même ? Personnellement, elle a réussi à me séduire depuis le début. Certes, elle n'est pas parfaite comme on a déjà pu le voir. Premièrement, il faut effectivement avouer qu'il faut un petit temps pour s'adapter au nouveau design de nos amies guerrières de la Lune. Si le style est plus proche du manga (notamment ne ce qui concerne certains détails, comme la broche, le tour de cou, les ailettes de Sailor Moon, la chaîne de Vénus...), ce n'est pas tout à fait lui  non plus (c'est super clair, hein...). Il peut s'avérer séduisant comme raté selon les plans mais dans l'ensemble j'aime assez (bien que j'aurai toujours une préférence pour la série précédente ou le manga). Je suis juste pas très fans des "tailles" (pas de la hauteur, hein) des persos (mais c'est moins choquant en ce qui me concerne qu'un Puella Madoka). Deuxièmement, il faut bien comprendre que la série des années 90 et le manga sont très différents, et que chacun avaient leurs qualités et leurs défauts à l'époque. On retrouve donc ici les défauts que peut avoir le manga. A savoir qu'il est vrai qu'Usagi est le personnage le plus développé et qu'il est fait, au final, assez peu de place aux autres guerrières comme aux méchants qui sont surtout là pour se faire détruire (ou pas, j'y reviendrai). Donc oui, on gagne un côté plus feuilletonnant dans une histoire qui avance bien plus vite (l'arrivée des guerrières comme les plans du Dark Kingdom et les révélations concernant le passé) mais peut-être un peu moins de profondeurs sur les personnages secondaires mais un peu plus de romance (l'histoire tragique entre Usagi et Mamoru qui sert vraiment de pilier à ce premier arc). Une fois qu'on a compris ça, il n'y a pas de quoi raler à tout va contre la série. D'ailleurs, parfois, elle sait même sublimer le manga. A ce titre, le personnage de Luna est plus intéressant que jamais et a le droit à de superbes passages tout au long de ce premier chapitre (avec une petite surprise de taille dans l'acte 14). Et si l'adaptation se veut fidèle, elle sait parfois aussi prendre des libertés. Ce sont la plupart du temps des changements mineurs par rapport au matériel d'origine, comme des plans en moins, des morceaux de l'histoire pas adaptés ou corrigés, des changements de tenues. Parfois, c'est un peu plus.

tumblr_n5gojnOKE81rpkvixo1_500

Et quand c'est un peu plus, on a de bonnes idées et d'autres qui sont un peu plus discutables. Prenons le cas des Shi-Tennô. Je vais spoiler un peu, mais on a vite compris qu'ils avaient rajouté une chose qui n'avait été seulement qu'évoquée à travers un artwork de Naoko Takeuchi (a savoir une romance entre eux et les Sailors). Une idée plutôt séduisante et réussie. Sauf que la fin s'avère on ne peut plus décevante en l'état et qu'elle vient rajouter aussi à un autre point négatif concernant la série qui semble vouloir éviter de trop se mouiller en ce qui concerne la noirceur et la violence. Sailor Moon Crystal souffre en effet de scènes, pourtant clées, bien édulcorées et c'est tout à fait regrettable. Comme si on avait voulu préserver les mains pures des guerrières (pour qui aura lu le manga et vu la série, on comprend donc le rapprochement avec le point évoqué tout à l'heure concernant les Shi-Tennô). En espérant que la suite se montre un peu plus convaincante et moins tiède que ça. On a aussi vu qu'il fallait plus rapprocher Sailor Moon Crystal du manga que de la série. Pourtant, là où l'on peut faire le rapprochement c'est pourtnnt du côté des transformations. En effet, elles reprennent celles de l'ancienne série, en les variant assez peu. Le tout est par contre fait en images de synthèse et le résultat s'avère... Un peu perturbant. Je n'irais pas jusqu'à crier au scandale comme certains, mais disons qu'en animation traditionnelle ça aurait tout aussi bien être plus beau. L'image de synthèse n'apporte pas grand-chose, si ce n'est des mouvements de caméras sans doute difficiles à reproduire à la main. L'un des derniers point à évoquer est sans doute la musique. Je voue un culte à l'oeuvre de Takanori Arisawa, mais celle de Sailor Moon Crystal s'avère extrêmement jolie aussi. Elle est sans doute un peu sous-utilisée et plutôt mise en retrait, ne soulignant que subtilement les passages, mais lorsqu'on l'écoute seule, on ne peut que saluer le travail effectué. Il y a de très bons morceaux, et ceux avec des choeurs me font toujours autant d'effet. Ce qu'il faut donc retenir de Sailor Moon Crystal, c'est qu'il s'agit d'une adaptation plus proche du manga, à savoir qu'il ne faut donc pas compter y retrouver les mêmes ingrédients que dans la série des années 90 qui avait un ton bien à elle (avec beaucoup d'humour, un peu d'action et de romance, jouant sur un canevas de scénarii assez définis), il faut donc tenter de s'en détacher pour apprécier l'oeuvre, comme il faut le faire quand on lit le manga ou quand on regarde le drama live. A chaque fois, c'est le même histoire, mais une nouvelle manière de la raconter. Chaque oeuvre possède ses défauts et ses qualités et si on peut souligner quelques jolis ratés (plus ou moins rattrapés dans l'édition dvd/blu-ray aux plans remaniés -pas toujours pour faire mieux, bizarrement-), il n'en reste pas moins qu'on peut tout à fait apprécier Sailor Moon Crystal et que la série n'a pas totalement à rougir. on aimerait juste un peu moins d'édulcoration et un peu plus d'animation pour la suite mais le Clair de Lune continue à etre un message d'amour.