IMG_20150110_202356

Parce que la vie n'est qu'une succession de première fois... Il fallait bien une première fois où j'aille voir Ysa Ferrer en concert. C'est pas que je l'ai découverte récemment. Non, j'avoue que je la suis depuis que j'avais découvert le clip de "Mes Rêves" à la télévision. Puis l'album Kamikaze. C'est juste que jusqu'à récemment je n'en avais pas eu l'occasion. Ou je ne l'avais pas créée... Donc lorsqu'elle annonça la Cigale pour le 10 janvier 2015, je me suis dit "pourquoi pas"... Et comme une première doit être mémorable, autant prendre le Queen Pack, avec accès un peu plus tôt à la salle, un sac avec quelques goodies (un badge, une affiche dédicacée et surtout, le précieux cd reprenant en studio des réorchestrations d'une dizaine de chansons chantée ce soir-là) et puis bien évidemment un petit moment privilégié pour assister aux balances. Bon, la mauvaise nouvelle dans tout ça (outre un contexte pas forcément évident vu les événnements quelques jours auparavant), c'était qu'il fallait y être pour 16 et que mon train, lui, arrivait à 16h13 (plus le métro et le temps que je trouve)... Après tergiversation, ne sachant pas trop comment ça allait se passer, j'ai fini par changer de train pour arriver au final juste à l'heure pour me mettre dans la file d'attente (non sans être parti dans le mauvais sens à la sortie du métro... Sinon, ça n'aurait pas été moi !). Même si en fait, avec mon 1er train, ça aurait pu passer (allez, quasi en tout cas), puisque l'entrée s'est finalement faite vers 16h45... Quelques bulles en attendant qu'Ysa soit prête à nous recevoir (une vingtaine de personnes environ). L'occasion de prendre ses marques pour le concert, savoir où se placer tout à l'heure et surtout d'assister à quelques petits moments qu'on découvrirait un peu plus tard, comme une chorégraphie avec un danseur (plus habillé que pour la prestation ! :D), ou le duo avec le groupe Cassandre, qui a donc fait la première partie de la chanteuse. Des moments naturels et sympathiques (petits réglages de sons dans les oreilles de chacun). Déjà l'heure de repartir et de garder quelques surprises pour la grande soirée bien évidemment. Donc retour à la case "file d'attente". La journée sera passée assez vite, même si la pluie s'est tout de même invitée à un moment donné, juste histoire de nous embêter un peu. Entrée dans la salle un peu avant 19h, puis Cassandre débute et met une bonne ambiance. Très bon moment.

IMG_20150110_213802

Puis vers 20h20 c'est donc à Ysa Ferrer d'entrer en scène sur "J'explose en Couleur" non sans une petite intro fort sympathique. Pas de chichi sur la scène, des lumières, des musiciens, c'est largement suffisant pour faire quelque chose de bien. Elle le prouvera toute la soirée. Tenue paillette sanguine pour cette première partie du concert où elle enchaîne après avec un "Last Zoom" retravaillé... Et c'est là où on commence à se dire qu'il y a eu un véritable travail de réorchestration pour proposer les chansons de manières différentes. Ce ne sera pas la dernière de la soirée. Comment ne pas parler de la version ballade de "To Bi or not to Bi", superbe (mais un peu courte, parce que je rejouée ensuite dans sa version plus habituelle, avec chorégraphie où Ysa a fait monter une dizaine de personnes pour l'accompagner sur scène... Un joli moment un peu foutraque...) ou encore la version revisitée de "On fait l'Amour" avec Cassandre ? Sans oublier "Mes Rêves" que je n'ai pas forcément reconnu au départ. Au niveau de la set-list, puisqu'on y est, on peut aussi parler de quelques belles surprises, comment la présence de "Fumer Tue" (qui était une chanson bonus du collector de Sanguine), une reprise du groupe The Do ou encore l'inédite "Où es-tu Mylène" en hommage à un fan décédé de la chanteuse. Une grande partie de Sanguine a donc été jouée, et j'ai été très heureux d'entendre "D'un Peu" (une petite bombe) ou encore "Folle de Vouloir Continuer" et "Combien"... Juste un petit regret de ne pas avoir le droit à "Parallel Word" (que je préfère à "No Time to Cook" personnellement). Côté des anciens albums, comme ça commence à être un peu dur de tout caser, Ysa a fait l'impasse sur les deux premiers (hormis l'inconrtournable "Mes Rêves" donc) mais on retrouve quelques titres bienvenus des autres, comme "Pom-Pom Girl" ou "Freak Weather" (ainsi que "Hands-Up" et "French-Kiss" dans le medley) de Ultra, "On Fait l'Amour" et "To Bi or not to Bi" (et "Sens Interdit" dans le medley) de "Imaginaire Pur" et l'orphelin "Last Zoom"... Une set-list que j'ai plutôt apprécié dans l'ensemble. Comme les tenues peut-être parfois moins excentriques que précédemment. Mais que ce soit sa tenue "paillette sanguine", celle plus sobre avec le pantalon (qu'apparemment la chanteuse n'apprécie pas plus que ça, la réciproque étant vraie, puisqu'elle a dit qu'elle était en train de le perdre !!) ou bien l'argentée et la tenue décontractée de fin (arborant le message "Je suis Charlie"), pas de fausse note...

IMG_20150110_205750

Pas tellement plus du côté des danseurs, au nombre de trois (et la prestation d'une danseuse sur l'intro de "Fumer Tue"), aux tenues relativement correctes et moins... sado-masochistes que pour l'Ultra Live. Bon, il est évident de ce côté-là qu'encore une fois, le public majoritairement masculin et homosexuel de la chanteuse aura apprécié certaines séquences, dont la fameuse intro de "Fumer Tue" avec un Matthieu révélant son corps d'athlète très bien sculpté et torse-nu (bizarrement, il y a eu pas mal de photos aussi prises à ce moment-là, je ne comprends pas...). A noter une séquence que j'ai trouvé très "Danse avec les Stars" avec un porté d'Ysa par les trois danseurs et un jeté de maillot (toujours Matthieu qui se retrouve à nouveau torse-nu pour la suite et fin du show de mémoire et qui a failli se faire enlever le pantalon par l'un des autres danseurs ! :D). On pourrait parler des petits temps morts lors de certains changement, notamment pour l'aller-venue de certaines éléments (table et chaises, piano) mais c'est naturel et mieux vaut s'attarder sur les deux duos offerts par la chantense. Le premier avec Cassandre donc (aux choeurs de "On Fait l'Amour") et l'autre avec Belka pour la version franco-russe 2014 de "Made in Japan". Très sympathique moment là encore. On pourrait aussi s'attarder sur les pensées émues d'Ysa lorsqu'elle présente sa chanson "Où es-tu Mylène" (le seul petit bémol question son, puisque je n'ai pas bien saisi les trois quart des paroles alors que tout le reste me paraissait clair -un autre hommage à la chanteuse ? :D-) ou encore concernant son message de tolérance au moment d'évoquer l'attentat de Charlie Hebdo et des événements qui ont suivi. Sans même parler de la dernière chanson "J'ai Ecrit ma Vie" qu'elle n'a pu terminer. Honnêtement, pour une première, je n'étais pas déçu. La salle était plutôt sympathique (quoique j'ai trouvé le sol un poil inquiétant puisque j'avais à moitié l'impression que ça bougeait lorsqu'il y avait beaucoup d'effervecence dans la fosse -et il y en a eu beaucoup, beaucoup !!-), l'ensemble varié, vivant, énergique et réservant de jolis moments (des lettres P et O sur le single "Pop", des pancartes "Ysa on t'aime") qu'on espère retrouver en DVD (mais bon, y'avait les caméras, donc normalement...). Une belle explosion en couleurs en somme...

L'album photo souvenirs...