21007279_20130521145315672

Qui a dit que la télé ne servait à rien ? Non, parce que je suis désolé, mais quand je me suis posé sur mon canapé pour visionner Man of Steel, je me suis senti vachement moins bête grâce à toute la culture acquise avec les 10 ans passés en compagnie de Smallville. Alors c'est vrai que je ne reverrais sans doute jamais la série... Clarkounet était certes mignon (et encore, je trouve que parfois Tom Welling avait les joues un peu trop roses dans les premières saisons !), mais bon, je n'ai jamais trouvé que la série cassait trois pattes à un canard... Quoique je mentirais si je disais que je n'ai pas tout de même pris un certain plaisir sur les ultimes saisons de la série (Justin Hartley n'y étant pas totalement étranger non plus). Donc oui, comme je le disais, je me suis senti moins bête, parce que l'univers de Superman ne m'est pas plus familier que ça. J'ai vu les films précédents (mais pas celui avec Brandon Rough), mais ça fait tellement longtemps que j'ai oublié ce qui pouvait s'y passer. Et les séries animées ne m'ont jamais attiré. Superman, c'est à petite dose chez moi. D'où mon hésitation à aller voir ce Man of Steel au cinéma d'ailleurs. Alors ok, après visionnage (en 3D), visuellement, ça devait encore plus claquer sur grand écran... Parce qu'autant le dire tout de suite, c'est quand même splendide dès que le film se lance dans l'action. Il y a une mise en place assez longue (le style Christopher Nolan comme sur la trilogie The Dark Knight) mais on en a pour notre argent côté effets spéciaux ébouriffants. Et comme en plus, l'histoire ne porte pas sur un affrontement entre Lex Luthor et Superman, qui n'est donc pas encore véritablement Superman (parce que Nolan... Parce que les origines avant le héros... Parce que Man of Steel... Tout ça quoi !!), ben ça m'arrange bien. Même si j'aime moins ce général Zod que celui de Smallville. On peut pas tout avoir non plus. Côté acteur, Henry Cavill, héros de The Tudors, est bâtit comme il faut (quoique je dirais même un peu trop musclé à mon goût), mais il est tout de même mieux avec sa barbe naissante que rasé de près ! Cela étant dit, il incarne bien le personnage qui est intéressant de suivre dans ce parcours initiatique raconté par bribes au cours du film. Après, je ne serais pas plus dithyrambique que ça, parce que j'ai trouvé le temps de regarder ma montre et que même si j'ai apprécié que Loïs ne soit pas cette fille un peu nunuche qui ne reconnaît pas Clark sans sa paire de lunette (enfin, elle avait pas le choix, vu le déroulement de l'intrigue !!), je reste donc moins subjugué par ce héros. Cela étant dit, je me suis tout de même surpris à aimer que cet homme d'acier ne passe pas son temps à sauver la veuve et l'orphelin (c'est un aspect présent mais subtil) et surtout que Loïs soit une femme d'action qui ne se laisse pas faire. Les musiques de Hans Zimmer sont plutôt agréables et je me dis que la rencontre Batman/Superman qui est prévue pour le prochain épisode risque d'être quand même sympathique. A noter qu'encore une fois, les sériephiles pourront s'amuser à reconnaître quelques têtes comme Thamoh Penikett, Richard Schiff, Christopher Meloni ou encore Harry J. Lennix. Alors c'est vrai qu'au début, j'étais peut-être un peu sceptique, mais finalement, je suis relativement convaincu par ce Super Mâle d'Acier !