21040291_20130913165703155

C'est le cercle de la vie... Les Sorcières de Charmed avaient conquis le public de M6, les sorcières de Witches of East End ont conquis le public de la petite soeur qu'est 6Ter (regardez comme le monde est bien fait !). En tout cas, en partie la ménagère, cible de la chaîne. Ce qui n'est presque pas inattendu étant donné que l'on doit cette série à la chaîne Lifetime aux USA qui cible justement les femmes (comme le monde est...). Et comme j'aime bien ne pas me trouver forcément dans la catégorie dans laquelle on voudrait que je sois, oui, j'avoue, j'ai aussi apprécié nos charmantes Sorcières... Certes, peut-être pas au point d'exulter mais la série a su me convaincre un peu plus au fur et à mesure que les épisodes avançaient. Pas seulement pour les guests sympathiques comme Freddie Prinze Jr (le mari de Sarah Michelle Gellar) ou encore Enver Gjokaj (Dollhouse), ni seulement pour les plastiques parfaites de ces messieurs (dont celle d'Eric Winter), mais pour l'ambiance générale. Alors oui, rien de neuf sous le soleil d'East End, le tout s'avère relativement classique dans l'ensemble, on s'intéresse un peu plus aux histoires de coeur que de pouvoir et on a le droit à un bon vieux drame ancestral digne d'un soap (genre ce que j'imagine pour Revenge), mais mettez-moi tout ça à la sauce "pouvoirs magiques" et la pillule passe tout de suite mieux chez moi. Le fait que la saison soit courte (10 épisodes) et va au bout de son histoire (non sans oublier de relancer la série vers une nouvelle intrigue) permet aussi de ne pas trop se lasser, ce qui pourrait fort vite arriver avec des saisons un peu plus longues. Et puis j'avoue quand même que l'univers que l'on découvre vers la fin de saison me plaît assez (je ne sais pas où ça peut nous emmener, comment ça va être développé mais en attendant je trouve ça intéressant, un peu exotique pour le genre). Ca me plaît assez pour retourner voir nos amies pour la saison 2, le tout sans traîner des pieds. Bref, si The Secret Circle m'avait fait douter sur le fait que je puisse encore accrocher à des histoires de sorcières (après avoir tant aimé Charmed ou Ma Sorcière Bien-Aimée !), telle une formule, Witches of East End m'a fait renouer.... avec mes démons du passé.