The_Lair_Season_3

Il n'y a pas de mal à se faire du bien... C'est sans doute ce que se sont dit la chaîne américaine Here ! et les producteurs de Dante's Cove qui auront donc remis le couvert avec une série fantastique sexy à destination d'un public gay... Et pour le coup, beaucoup plus ciblé gay qu'homosexuel en général. Car si Dante's Cove couvrait un peu toutes les sexualités (lesbiennes, gays et hétéros), ce n'est pas du tout le cas de L'Antre qui s'attache surtout aux personnages masculins. On ne compte dans le casting principal qu'une actrice... Et à vrai dire, je crois même que durant les deux saisons, c'est le seul personnage féminin de toute la série ! Oui, l'île où se déroule l'action, c'est peut-être Mykonos ! Et vive la parité ! A noter qu'elle fait aussi figure de double exception, puisqu'elle est aussi l'un des rares personnages qui n'est pas homosexuel. Mais à vrai dire, la pauvre n'a pas de chance, puisqu'elle accumule un peu tout, vu que son couple n'est pas vraiment heureux et que c'est l'occasion pour la série d'aborder vaguement le statut de femme battue. Là où ça fait un peu plaisir, c'est qu'elle ne garde pas sa position de victime. Alors ok, soyons franc, va pas falloir chercher de grand discours féministe dans la série ou quoique se soit d'autre, quand on regarde L'Antre, on sait où on met les pieds... En théorie. Pour ceux qui ne savent pas, il s'agit donc d'un mix entre feu le téléfilm érotique du dimanche soir sur M6 et les boy's love ! On pourrait aussi dire qu'il s'agit d'un Buffy gay épicé (et la série est bien citée en référence par un des comédiens dans les bonus de la saison 1, notamment pour son ambiance, mais faisons comme si nous n'avions pas vraiment entendu). Bref, du fantastique avec du sexe gay où l'on ne montre pas grand-chose, si ce n'est beaucoup de corps dénudés, des pectoraux impeccables, des paires de fesses rebondies et donc des scènes de sexes suggérées. Voilà, c'est donc du pur plaisir coupable, parce que ni le scénario (qui intègre pourtant un peu tout le bestiaire apprécié dans diverses séries comme True Blood ou Vampire Diaires, avec des loups-garous et des vampires -pour le principal-) ni le jeu des acteurs et encore moins les effets spéciaux ne viendront sauver quoique se soit. Mais bon, y'a au moins un semblant de scénario, contrairement aux films pornos ! Ca fait un peu amateur et on ne pourra s'empêcher de sourire, d'autant plus que le tout est assez pris au sérieux... Ce qui est dommage quand on voit éventuellement la preuve d'humour dont peut être doté un personnage dans le dernier épisode de la saison 2. Pour le reste, même pas honte, j'avoue que j'ai suivi avec sympathie cette petite histoire... Parce que je suis une proie facile pour le genre et que j'avais envie d'un peu de gay-power dans ce que je regardais. De quoi bien terminer l'année précédente et commencer celle-ci donc. Et côté personnages, y'en a un peu pour tous les goûts... C'est aussi marrant de savoir qu'il y a dans la série deux acteurs pornos gays et que ce sont eux qui en montrent le moins ! En tout cas, Colton Ford est celui qui n'a pas mouillé sa chemise de ce côté-là (une scène torse-nu et c'est tout je crois...) même si Frankie Valenti (alias Johnny Hazzard !) lui en fait un peu plus le temps d'un épisode. En tout cas, ils ne sont pas pire acteurs que ceux qui ne sont pas estampillés "pornstars". Sinon, oui, pas vraiment besoin de survoler le scénario et son déroulement, y'a pas de surprise et cette histoire de boîte privée pour les gays où notre héros de journaliste doit mener l'enquête est un peu cousue de fil blanc et s'avère en plus un peu oubliée dans la saison 2 (un peu comme pour le passé d'un personnage et la malédiction d'un autre), même si c'est parce que l'on préfère s'attarder sur de nouvelles pistes pour introduire les nouveaux personnages. Alors oui, ça ne parlera pas à tous les publics et la série n'est donc pas à mettre devant toutes les paires d'yeux, mais ça peut émoustiller un peu quand même...